EGLISE, TEMPLE & CIMETIERE

 

 

 

L'EGLISE

Tout laisse à penser qu'en 4000 avant JC, l'emplacement actuel de l'église avait déjà un caractère religieux.

En effet, les éléments caractéristiques des lieux de culte sont réunis au sommet d'une éminence, isolé de l'habitat et en présence d'une source.

  En 121 avant JC, les romains édifient un temple gallo-romain (des vestiges attestent sa présence).img-0358.jpg

  Vers 1100, des moines construisent une chapelle dans le style roman, de forme rectangulaire. En 1112, elle est donnée au prieuré de St Pierre de Rompon de l'Abbaye de Cluny.

  Epouvantée jadis par quelques bandes sarrasines, effleurée d'une once de catharisme, décimée par la peste, la paroisse est toute entière acquise à la réforme, dès    avant 1543.

Vers 1560 commencent les guerres de religion. Il y eu de nombreux massacres.

L'église de St Symphorien fut en partie détruite.

En 1583, une enquête du vicaire de Viviers, Nicolas de Vesc, indique que tous les symphoriniens sont protestants. 

1680: installation de la cloche.

1789 : l'église est mise à disposition de la nation. Des meubles et ornements sont pillés et détruits.

1808 : Napoléon 1er confie l'édifice  à la communauté protestante. St Symphorien est l'une des 3 places d'Assemblée.

Après 1836, le bâtiment est redonné aux catholiques. Une ordonnance du roi, Louis Philippe, du 31 mars 1844 érigea l'église en « succursale ».

En 1846, sont rajoutés au bâtiment: deux chapelles et un choeur.

En 1851 : St Symphorien comprend 649 habitants dont 325 catholiques romains et 324 calvinistes.

26 septembre 1862: installation du maître autel en marbre blanc, la garniture d'autel (la croix et 6 chandeliers) sont offerts par Napoléon III . (L'impératrice offre également un ornement doré).

1873 : crépissage du mur intérieur

1883: achat de l'harmonium grâce à 300 francs donnés par le gouvernement.

1985 : L'église est reconnue monument ancien. Elle reçoit une toiture neuve toujours sans charpente.

Les fonds baptismaux portent une inscription de 1735. Ils sont incrustés dans le mur. Leur facture assez grossière les situe au XII siècle.

Le campanile date du milieu du XX siècle

 

 

                       
img-0350.jpg

 

LE TEMPLE

Le terrain est acheté le 28 avril 1834 à Louis Flavien ROBERT, cultivateur au hameau des Bayles par le consistoire de l'église réformée de Privas, le Pasteur de Chomérac étant M. Hilaire.

Le temple est inauguré le 12 décembre 1836. Il n'a jamais été la propriété de la commune.

En 1851 :St Symphorien comprend 649 habitants dont 325 catholiques romains et 324 calvinistes.

Il est le siège en 1893, du synode de Basse Ardèche

 

  

018-1.jpg Réparation du Temple-1 - 1846/1878

010-2.jpg  15/01/1846 - Préfecture - Réparation du Temple-2

002-1.jpg 08/10/1846 - Préfecture - Demande de délibération du CM

011-2.jpg  20/01/1856 - Page 1

012-1.jpg 20/01/1856 - Page 2

012-2.jpg  20/01/1856 - Page 3

003-2.jpg 06/10/1859 - Préfecture -Construction d'une tribune dans le temple

015-2.jpg 20/07/1860 - Inspection des travaux

002-2.jpg 01/10/1860 - Préfecture -Autorisation à passer le marché.

030-2.jpg  01/12/1860 - Convention Mairie/PAYEN Henri pour la construction d'une tribune - Page 1

031-2.jpg  01/12/1860 - Convention Mairie/PAYEN Henri pour la construction dune tribune - Page 2

003-1.jpg  25/01/1861 - Préfecture - Approbation du marché avec l'entrepreneur PAYEN Henri

014-1.jpg Indemnité de logement du Pasteur-

016-2.jpg 23/06/1878 - Indemnité de logement du Pasteur ROUX - Page 1

017-1.jpg 20/06/1878- Indemnité de logement du Pasteur ROUX - Page 2

015-1.jpg  02/10/1878  - Indemnité logement du Pasteur

 

***************************

Réaction d'une partie de la presse en 1837

 

Temp0

Tem00

Temp2

Temp1

 

***************************

 

LE CIMETIERE

 

1685 : ceux qui refusent les derniers sacrements sont enterrés dans leur propriété.

Ordonnance du 6 décembre 1843 : « chaque culte aura un lieu d'inhumation particulier, séparé par un mur, une haie ou un fossé ».

Le 7 janvier 1847, le président du conseil municipal dit « qu'il est nécessaire de s'occuper de la construction d'un cimetière communal ».

Le 23 octobre 1863 : Le préfet Demanche écrit au maire de St Symphorien: « Les protestants n'ont pas de cimetière et se trouvent dès lors, obligés img-0354.jpgd'ensevelir leurs morts dans les champs ... Ma circulaire du 11 septembre 1862 a appelé votre attention sur les inconvénients du regrettable usage où sont les protestants de déposer dans des terrains ouverts ... la dépouille de leurs morts... Il faut faire cesser ce déplorable abus ... rechercher un terrain propice ... faire étudier le projet des travaux ... afin que le conseil municipal et les plus hauts cotisés puissent pourvoir, au moyen d'une imposition extraordinaire à la totalité de la dépense».

1864 : délibération sur un projet

11 janvier 1874 : la commune achète un terrain de 1730 m2 (chacun des cultes disposant de 715 m2). Deux entrées sont prévues, mais par mesure d'économie, un seul portail sera posé devant l'allée centrale. La construction est payée sur fonds publics et par souscriptions.

1er  avril 1875 : ouverture du cimetière

En 1885, sur proposition du maire, le conseil municipal prononce la laïcité du cimetière

2004 : projet d'agrandissement

046-1.jpg 25/07/1864 - Refus d'accorder l'autorisation d'emprunt par la préfecture - 1

046-1.jpg 25/07/1864 - Refus d'accorder l'autorisation d'emprunt par la préfecture - 2

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 19/11/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×